Huiles végétales comédogènes comprendre et utiliser

Huiles comédogènes classification trop radicale

Les huiles végétales dites comédogènes semblent être devenues des matières à fuir. Les discussions à ce sujet finissent en générale sur une conclusion alarmiste avec contre-indications et à croire que ; si on pouvait coller une étiquette dessus « attention boutons », ça simplifierait l'utilisation et l’exclusion à 95% d’utilisateurs. Mais d'où vient cette obstination de classification aussi radicale ?

Biensure nous ne cherchons pas à obstruer notre peau mais évidemment à l'améliorer et la rendre la plus pure, belle et séduisante donc si un produit ou une matière se distingue par sa composition potentiellement comédogène, on se précipite catégoriquement à la supprimer de notre quotidien (si c'était si facile pour tout dans la vie on vivrait dans un monde parfait ! ironie ayant le mérite de prouver tout de même l'importance de l'intérêt envers les produits de beauté efficaces et le désire d'une belle peau à tout âge et depuis les temps les plus anciens).

Enfin, supprimer... Ça parait logique cependant ce qui l'est bien moins c'est d'adapter ces caractéristiques à tous consommateurs et toutes les peaux tout en se privant des bienfaits et textures, dont indiscutablement ces huiles végétales regorgent.

Si nous acceptons ces mises en gardes nous acceptons d'abandonner une assez longue liste d'huiles végétales et leurs propriétés. Ainsi selon une liste d'Indice de comedogénécité : non officielle et non prouvée scientifiquement, nous excluons :

Liste d'Indice de comedogénécité sur une échelle de 0 à 5 pour les dites les plus comédogènes : 

Indice 5/5 donc présumée très très comédogène limite occlusive

  • l'huile de germe de blé

Indice 4/5 donc présumée très comédogène

  • l'huile de coco
  • l'huile de coprah
  • l'huile de lin
  • l'huile de noyau de pêche

Indice 3/5 donc présumée moyennement comédogène

  • l'huile de coton
  • l'huile de rose musquée
  • l'huile / beurre de cacao

Indice 2/5 donc présumée un peu (modérement) comédogène

  • L'huile d'abricot
  • L'huile d'amande douce
  • L'huile d'argousier
  • L'huile de bourrache
  • L'huile de macadamia
  • L'huile d'onagre

Indice 1/5 donc présumées sensiblement comédogènes

  • L'huile carthame
  • L'huile de chaulmooga
  • L'huile de nigelle
  • L'huile de Pépin de raisin
  • L'huile de ricin
  • L'huile de sésame
  • L'huile de soja

Si on rajoute à cette liste le beurre de karité extrêmement gras, on obtient un cocktail ancestral de propriétés reconnues depuis des siècles à mettre à la poubelle alors il est temps de faire le point.

Cette liste est un bon indicateur mais certainement pas à calquer sur chaque type de peau.

Concrètement les facteurs à considérer et questions à se poser :

 ma peau est-t-elle grasse à tendance acnéique (voir page auto-diagnostic) ?

 est-ce que j'utilise ces huiles seules ou en synergie ?

 ai-je un produit distinct soin de nuit/soin de jour ?

 ma routine nettoyage et/ou démaquillage est-t-elle adéquate et quotidienne (voir démaquillage) ?

 mes huiles sont-t-elles bien protégés de l'oxydation, poussière ou autres saletés ?

 mes huiles sont-t-elle vierges ?

Analyse de ma peau avant de se priver des bienfaits d'une huile dite comédogène

  1. Voilà, maintenant vous pouvez réfléchir sur le choix de votre huile. C'est toujours confus ? Alors faisons simple, Cœur Obsolète plonge dans l'esprit des peu habitué(e)s et se base non seulement sur les réflexions entendue mais aussi aime bien se rappeler de ses débuts. On va analyser la situation avec un peu de légèreté :  

Problème : Huiles comèdogènes ou MOI ou les 2 ?

☼ ma peau est-t-elle grasse à tendance acnéique ?

"Si ma peau est grasse à tendance acnéique effectivement je vais éviter certaines huiles végétales, en référence à la liste Indice de comedogénécité, ça parait simple et évident. Les Indices 5/4/3 semblent à exclure"

mais là vous tombez sur un os ;

L'huile végétale de rose musquée est magique pour les peaux acnéiques, atopiques, cicatrices, imperfections, vergetures et même tâches.

"Ça c'est bête, mince elle est comédogène, bon tampisss...heummm, je vais en choisir une autre" 

hahaha le paradoxe. C'est balooo !

Mais non, voici un exemple type vous démontrant que cette liste est un simple indicateur et que d'autres facteurs sont à prendre en considération lors du choix de votre huile végétale ainsi on aborde la 2nde question : 

☼ est-ce que j'utilise ces huiles seules ou en synergie ?

En voilà une bonne question alors faisons un zeste d'équilibre donc :

"si l'huile de rose musquée est adaptée à mon problème tout en étant supposée comédogène, je vais l’additionner d'une huile végétale, qui ne l'est pas et qui présente aussi des propriétés du même type correspondant à mon besoin, mieux encore une huile sèche et stable". Enfin on peut aussi se dire : "puisque ma peau est grasse je vais matifier tout ça avec un peu de "gel d'aloe-vera" aux capacités cicatrisantes à ajouter dans le mélange d'huiles".

En voilà un exemple simple pouvant faire face à la peur des huiles comédogènes.

Puis on peut réfléchir sur l'environnement quotidien qui nous entoure et sur les besoins de la peau aux moments de la journée et ça nous mène à la question 3 : 

 ai-je un produit distinct soin de nuit/soin de jour ?

"Ou la la mais pourquoi faire ?"

Et bien pour aider la peau à mieux respirer et se protéger des agressions extérieures ! Alors voyons donc pour exemple ;

"je travaille dans la poussière donc dans l'idéal il serait intéressant de créer une barrière protectrice entre les saletés et ma peau"

mais là on tombe encore sur un os ; 

L'huile de coco est la seule réputée filmogène ce qui indique qu'elle créé un film naturel du type de silicones industriels présents dans de nombreux produits cosmétiques.

"Ahhh quel dommage, je peux pas m'en servir, elle est comédogène... Mais si puisque je viens déjà de comprendre qu'un peu d'astuce et de malice peuvent déjouer les tours des vilaines huiles comédogènes alors je vais ajouter à ma mixture une pointe d'huile de coco, histoire de voir, au risque de voir apparaître un point noir. Enfin bon, pas de quoi en faire un drame, il serait là de toutes manières mais au moins les saletés resteront sur la surface de ma peau sans l'agresser et je pourrai les nettoyer facilement le soir.

Parcontre le problème c'est que la nuit je ne suis pas dans la poussière aïe aïe aïe la galère !

Hoooo bien dé-fois je suis nunuche hihihi IL ME FAUT DONC UN PRODUIT POUR LA NUIT QUI LAISSERA MA PEAU RESPIRER, bon ok sans huile de coco, il doit donc dans la logique être léger et non filmogène"

mais aussi pour information avant de vous laisser à vos travaux pratiques : SANS HUILES TROP RICHES EN GRAISSES SATURÉES si vous souhaitez, que votre peau respire et se régénère pendant votre sommeil. Mais en fait tout ça sous-entend la question 4 :

 ma routine nettoyage et/ou démaquillage est-t-elle adéquate et quotidienne (voir démaquillage) ?

"Mais oui mais oui mais oui... j'ai des points noirs voir des boutons mais tiens : hier j'étais tellement fatigué(e), que je me suis endormi(e) encore une fois de plus devant la télévision sans me démaquiller. Charmant, génial avec les particules de poussière sur le film protecteur sur ma peau."

Bon heureusement que vous n'aviez pas de sac plastique sur la tête ! Si vous faisiez subir la même privation d'oxygène à vos poumons qu'à votre peau, vous n'auriez même plus l'occasion de les voir vos points noirs !!!

Résumons : INTERDICTION DE SE COUCHER SANS AVOIR DEMAQUILLE ET NETTOYE MA PEAU.

"Tiens, j'y pense, mais... on m'a conseillé de me démaquiller à l'huile de coco, c'est pratique, agréable, ça sent bon... tout ça tout ça... super je fais bien les choses !"

Pas si sure, démaquiller ce n'est pas nettoyer et puisque l'huile de coco est réputée comédogène et filmogène, si je ne rince pas tout ça et bien oops MA PEAU NE RESPIRE PAS LA NUIT.

Et en prime elle fait quoi, l'huile, pendant la nuit ? :

☼ mes huiles sont-t-elles bien protégés de l'oxydation, poussière ou autres saletés ?

Elle s'oxyde entre-autre et là grosse erreur :

"je me rappel pour mieux faire qu'avant-hier j'avais laissé le pot ouvert toute la nuit, trop pressé(e) de sauter sous la douche."

Tiens comme c'est curieux, qu'apparaissent des points noirs et des boutons mais biensure tout ça c'est à cause des huiles comédogènes et vous êtes les pauvres victimes des huiles comédogènes hihihi

"quand j'y pense, dans le magasin où j'ai acheté mes huiles, la vendeuse m'a dit que c'était une huile 100% naturelle et je ne comprends pas y'a pas marqué « vierge » dessus" :

☼ mes huiles sont-t-elle vierges ?

Effectivement ça n'arrange pas les choses, seule l’indication « vierge » éventuellement accompagné de « première pression à froid » peuvent garantir une huile végétale de qualité sans quoi ne vous attendez pas à récolter leurs bienfaits sur la peau ni dans votre organisme. Voir article : Meilleures qualité d'huiles et HV un besoin

 

CELUI ou CELLE QUI SE RECONNAIT DANS CE TABLEAU LEVE LE DOIGT : 1,2,3,4, .................... 99, 100........ bon on compte plus ce serait trop long

Les débutant(e)s dans la cosmétiques maison, qui se reconnaissent dans ce tableau, n'ont plus à craindre des moments de solitude hihihi c'est une caricature du passage quasi-commun dans le monde Cœur-Obsolète et la cosmétique artisanale, qui démontre bien la problématique des incompréhensions et difficultés liées aux avantages des huiles végétales et quelques obstacles à apprivoiser.  

 

Comédogène pas Comédogène CAS par CAS

Alors maintenant dans un grands nombre de cas il est souvent plus judicieux de se poser des questions plutôt sur vos habitudes, que sur l'Indice de Comedogénécité. Ne le perdez pas de vue mais dans vos préparations cosmétiques maison n'hésitez pas à exploiter les bienfaits de huiles végétales tout en respectant des proportions raisonnables.

La particularité de certaines huiles comme l'huile de coco, sont irremplaçables. Certes vous pouvez même la supprimer si elle vous angoisse ou si vous n'appréciez pas l'odeur ou encore la texture mais essayez tout de même de rester dans une optique objective en évitant la confusion entre quelques points noirs et 2 ou 3 mini boutons avec une forme réelle d'acnée.

De plus d'autres facteurs type hormonaux peuvent et sont souvent à l'origine des peaux grasses et/ou acnéiques alors si nécessaire consultez un professionnel de la santé et dans les cas ne le nécessitant pas, testez les matières en essayant en priorité de respecter les besoins de VOTRE peau, qui elle aussi peut évoluer dans le temps et vous mener vers d'autres découvertes.

 

Vous savez maintenant ce que sont les cosmétiques classiques remplis d'un tas de produis industriels, chimiques et issue de la pétro-chimie (huiles minérales ou raffinées surtout par solvants) et vous avez décidé de ne plus les utiliser, vous avez tout compris parcontre ce que vous ne saviez peut-t-être pas c'est, que eux sont particulièrement comédogènes et pourtant encore des milliards de gens s'en servent sans se demander s'ils son comédogènes alors ne sombrez pas dans la psychose objectivement démesurée concernant des huiles végétales vierges même à fort potentiel comédogène, ce n'est pas tout noir ni tout blanc, il suffit de chercher le bon équilibre.

Pour apaiser définitivement votre esprit retenez, que et vraiment qu'en en cas d'acné avérée, il est conseillé d'éviter l'utilisation des huiles de : germe de blé, coprah, coco et beurre de cacao.

Restez aussi particulièrement vigilent(e)s quand à la préservation dans de bonnes conditions de vos huiles végétales et cela est valable pour l'ensemble des maitères et cosmétiques artisanales.

Laissez votre peau décider de ce qui lui convient selon les saisons et le temps, qui passe et profitez de la nature, testez les matières, les textures, les odeurs... EVEILLEZ VOS SENS sans laisser les peaux des autres décider à la place de la VOTRE.

Feriez-vous ça à vos papilles pour du chocolat ?

Soulagé(e)s ?

 ■

×